Ne soyez pas standard ! Personnalisez & protégez votre mobile !

WatchOS 2, visite guidée

La deuxième version de WatchOS apporte son lot d’améliorations pour de meilleures performances et une personnalisation plus poussée. Mais pourquoi sortir une nouvelle version cinq mois seulement après la sortie de la montre – et de la première version ? La réponse est simple : parachever l’ensemble, et proposer à l’utilisateur la vraie expérience Apple Watch.

Toute les nouveautés auront donc été amorcées dans la première version de l’OS, comme la possibilité de personnaliser l’arrière-plan de la montre, la possibilité de répondre aux mails ou encore le verrouillage de l’activation. Le reste des nouveautés, elles, étaient presque inévitables : connexion directe, possibilité d’utiliser Workout depuis l’écran verrouillé, transfert d’applications depuis l’iPhone vers la montre, et bien d’autres choses.

WatchOS 2

Alors, compte tenu de la rapidité avec laquelle Apple a sorti son nouvel OS, tient-il vraiment la route ?

Note : A la base, WatchOS 2 était prévu pour le 16 Septembre 2015, mais il a été retardé à cause d’un bug découvert juste avant la sortie. Au final il a été publié le 21 Septembre 2015.

La montre qui vous ressemble

Apple Watch OS 2

Retour en Septembre 2014, à l’époque où Apple a introduit l’Apple Watch avec la promesse d’une flopée de nouveaux fonds d’écran pour la montre. Ces fonds d’écran sont arrivés au fur et à mesure des mises à jour, et même pour la dernière version de WatchOS 1 certains modes manquaient encore à l’appel. Citons par exemple le mode Time Lapse et ses animations, et le mode Photo qui vous laissait choisir l’un de vos clichés.

La boucle est bouclée avec WatchOS 2, puisque ces deux modes ont fait leur entrée dans la gamme des possibilités de personnalisation. Et ils ne sont pas venus seuls, puisque les Albums et les Live Photos sont également de la partie !

Les modes Photo et Album, comme leurs noms l’indiquent, vous permettent de choisir une photo ou un album en tant qu’arrière-plan pour le cadran de la montre. La seule différence entre les deux, c’est qu’avec le mode Photo l’image est toujours la même, par opposition au mode Album qui vous propose un diaporama. Pour accéder à ces modes, vous devrez au préalable importer un album depuis votre iPhone car, en toute logique, vous ne pourrez pas prendre de photos avec la montre.

Notons une petite particularité du mode Photo, car ce dernier vous permettra de carder la photo utilisée et de zoomer sur votre détail préféré. Enfin, utilisez Force Touch avec l’app Photo pour utiliser directement une photo en guise de fond d’écran.

Voilà donc quelque chose qui fera de votre montre un accessoire vraiment personnel. J’adore tellement le mode Album que j’espère vraiment que les Californiens auront l’idée de faire la même chose avec iOS.

Vous pouvez prendre des Live Photo avec un iPhone 6 ou 6 Plus – et plus récents. Pour ceux qui ne connaissent pas, en voici le principe : la caméra enregistre des images pendant 1,5 secondes avant et après que vous ayez appuyé sur le déclencheur, donnant ainsi une petite animation de 3 secondes. Si vous utilisez une Live Photo en guise d’arrière-plan, celle-ci s’animera sur votre montre comme elle le fait sur votre iPhone !

Comme on l’a dit, la possibilité d’utiliser nos propres photos rend la montre personnalisable à l’infini, mais il y a un mais… Utiliser une photo veut automatiquement dire que vous ne pourrez pas ajouter de widgets. En résumé, l’écran affichera la photo, la date et l’heure, point final. Et compte tenu du fait que ce petit bijou n’est pas qu’une simple montre, c’est à se demander pourquoi Apple à délibérément voulu débarrasser l’affichage « montre » de widgets utiles. On aurait décidément bien aimé pouvoir accéder rapidement à d’autres fonctions, mais bon.

Au final, les photos apporte quand même un style supplémentaire à la montre, d’autant plus qu’elles sont plutôt bien gérées. A l’inverse des fonds d’écran de base, les photos n’auront pas d’effet « flou » sur les bords. Et puis, du coup, ça sera vraiment votre montre, pas une montre !

Attardons-nous un peu sur le mode Time Lapse : il ne s’agit pas ici d’importer vos Time Lapse depuis votre téléphone, mais plutôt de choisir un Time Lapse parmi une sélection. Apple à poser ses caméras dans certains des lieux les plus célèbres, et vous propose ainsi des paysages animés.

Qu’on se comprenne bien : il ne s’agit pas de vidéos accélérées ! Apple a enregistré un paysage pendant 24 heures, et l’image que vous verrez correspondra au paysage tel qu’il est à cette heure-là. Vous pourrez ainsi voir Big Ben s’illuminer le soir, même si vous êtes à Paris ! Voici la liste des emplacements :

  • Hong Kong
  • Mack Lake
  • New York
  • Londres
  • Paris
  • Shanghai

L’ensemble est du plus bel effet ! Si vous avez aimé les fonds d’écrans de papillons ou de fleurs animés mais que vous voulez quelque chose de moins « nature », alors ce mode est fait pour vous.

Les widgets

Widgets de l'Apple Watch

Si la montre se veut particulièrement pratique, les widgets viennent parachever l’ensemble en vous fournissant des petites données visibles d’un coup d’œil depuis n’importe quel cadran de l’Apple Watch.

Avec WatchOS 2, les widgets prennent quelques couleurs et – surtout – s’ouvrent au vaste monde des applications tierces. C’est autant de nouvelles possibilités colorées pour vous faciliter la vie !

Au jeu de couleurs déjà présentes dans la première version viennent s’ajouter les couleurs suivantes :

  • Multicolore
  • Blanc
  • Rouge
  • Orange
  • Orange clair
  • Jaune
  • Vert
  • Turquoise
  • Bleu clair
  • Bleu
  • Bleu nuit
  • Pourpre
  • Lavande
  • Rose
  • Rose vintage
  • Beige
  • Gris
  • Blanc cassé

Le réglage Multicolore donne toutes ses lettres de noblesse aux cercles du widget Activité. Cela fonctionne particulièrement bien en mode d’affichage Modulaire car c’est l’un des réglages spécifiques. Malheureusement avec le mode Utilitaire les cercles sont toujours multicolores, ce qui est dommage car le mode Modulaire fait ça vraiment bien.

Les couleurs blanches rendent particulièrement bien. Sobres, discrètes et pas trop brillantes. Mais pourquoi tant de couleurs ? Simplement pour coller à la nouvelle gamme de bracelets de toutes les couleurs qu’Apple a sorti.

Au niveau des personnalisations, Apple ouvre ses portes aux développeurs d’applications tierces avec son framework ClockKit. Des démonstrations ont montré des tonnes d’applications possibles, et d’autres sont bien évidemment prévues.

Le mode de fonctionnement est par ailleurs plutôt intéressant. Quand vous téléchargez une nouvelle application sur votre montre – et que cet app propose un widget, bien-sûr –, vous pouvez activer son widget et le placer dans l’un des emplacements disponibles. Suivez le processus habituel : un appui ferme vous emmènera dans le menu de personnalisation, d’où vous pourrez placer judicieusement votre tout nouveau widget. Et il n’y a pas d’erreur possible, puisque vos modifications s’affichent en temps réel : vous êtes sur de valider le bon widget au moment où vous appuyez sur le Sélecteur.

Les données des widgets sont évidemment fournies par les applications dont ils dépendent, mais elles sont mises en forme pour coller parfaitement avec leur conteneur. Au final l’ensemble est fonctionnel et cohérent. Et comme chaque mode d’affichage peut supporter différents types de widgets, les templates utilisés sont spécifiques des modes d’affichage. On retrouvera donc les templates :

  • Modulaire petit
  • Modulaire grand
  • Utilitaire petit
  • Utilitaire grand
  • Circulaire petit

Avec le mode d’affichage modulaire, vous retrouverez les petits widgets dans les coins du cadran, et un grand emplacement sera disponible au milieu. Les petits emplacements pourront contenir du texte (un titre et une phrase), une image, ou encore du texte réparti sur deux colonnes. L’emplacement central, qui est donc plus grand, peut quant à lui contenir le titre d’un texte et une image, ainsi que deux lignes du texte en lui-même.

Le mode d’affichage Utilitaire vous propose des petits emplacements de widgets dans les coins du cadran, ainsi qu’un grand emplacement en bas. Les petits emplacements Utilitaires peuvent contenir du texte, une image, ou l’un de ces deux éléments entouré d’un anneau de progression. Le grand emplacement, lui, peut contenir une ligne de texte, avec éventuellement une image.

Enfin le mode d’affichage Circulaire n’utilise que de petits emplacements ronds dans les coins du cadran. Ils peuvent tous contenir deux lignes de texte empilées, une image et un texte, ou une image toute seule.

Parce que les images doivent coller au mieux avec le coloris choisi, vous pouvez leur associer un filtre parmi une petite sélection. Et puisque le texte doit rester lisible – même dans une toute petite case de 44×44 pixels – , Apple a insisté sur le formatage de ce dernier. L’information ne sera jamais tronquée.

Si vous utilisez le widget Date, par exemple, cette dernière ne sera pas affichée dans son intégralité. « Mercredi 16 Septembre » deviendra « Mer. 16 Sept », et pas « Mercred… ». Vous voyez donc que l’information reste lisible et compréhensible en dépit de la petite taille de l’emplacement.

Voyage dans le temps

Non seulement l’Apple Watch vous donne un tas d’informations sur le présent, mais elle vous permet aussi de voyager dans le temps ! Déjà à l’époque de la première version de l’OS, on pouvait retourner dans le passé pour voir, par exemple, la température qu’il faisait il y a une heure ; ou au contraire, voyager vers le futur pour lire la température prévue plus tard dans la journée. WatchOS 2 achève de sublimer ce système en amenant avec lui une fonctionnalité Time Travel, qui offre tout ce potentiel à l’ensemble des widgets.

Maintenant, en choisissant l’heure d’arrivée de votre voyage temporel – disons +2 heures –, vous pourrez voir un état des lieux de ce qui se passera dans 2 heures. La température qu’il fera, par exemple, mais aussi le niveau de batterie, la date ou les événements tels qu’ils seront dans deux heures. Comment cela est-il possible ? Il faut regarder du côté des widgets pour comprendre.

En réalité les widgets suivent une certaine chronologie. Non seulement elles proposent des données à un instant t, mais elles gardent en mémoire les données passées et – mieux encore – écrivent déjà les données futures. Ainsi l’application Météo pourra vous renseigner sur la température prévue dans les quatre prochaines heures, et gardera en mémoire celle des quatre dernières heures. Au final, votre montre affichera toujours les informations du moment, mais vous deviendrez le maître du temps en tournant simplement le Sélecteur.

Pour les intervalles irréguliers – les événements, par exemple – le voyage dans le temps ne se fera pas par tranches horaires, mais plutôt par événements individuels. On pourra alors passer d’un événement au suivant, jusqu’à ce que notre emploi du temps de la journée soit vide.

Mais n’oubliez pas que vos possibilités de déplacement temporel sont limitées. C’est logique, vous ne pouvez pas accéder à des données qui ne sont pas encore connues.

Le mode Table de nuit

Mode Table de nuit

Dans une volonté de rendre sa montre toujours plus pratique, même quand elle n’est pas à votre poignet, Apple a imaginé une fonctionnalité supplémentaire bien pratique : le mode Table de Nuit. Ainsi, même si votre montre est en charge, elle peut quand même vous être utile. Posez-la sur son chargeur magnétique et mettez-la sur le côté, et le tour est joué !

L’affichage basculera alors en mode Paysage – si on peut dire ça – et affichera alors l’heure et la date en grand, dans une teinte verte peu lumineuse. Idéal donc pour voir l’heure qu’il est en pleine nuit, alors que vous êtes confortablement installé dans votre lit. Si vous avez programmé un réveil sur la montre, il s’affichera également. Et lorsque votre réveil sonnera, vous n’aurez qu’à utiliser le bouton Side et le Sélecteur pour éteindre ou repousser l’alarme.

C’est un petit plus plutôt bienvenu, à vrai dire. Ceci dit, si vous avez déjà un vrai réveil ou que vous utilisez votre iPhone en guise de réveille-matin, nul besoin d’utiliser ce mode au quotidien. Cependant, c’est toujours pratique de pouvoir lire l’heure dans le noir, d’un simple coup d’œil.

You’ve got mails !

Autant on avait été déçus du peu de fonctionnalités associées aux mails dans la première mouture de l’OS, autant on peut dire qu’Apple a su terminer le travail avec WatchOS 2. Avant, il était simplement question de lire les mails. Cela passait bien, mais si vous aviez besoin de répondre a vos e-mails rapidement, vous n’aviez pas d’autres choix que de revenir à votre bon vieux téléphone. Mais ça, c’était avant.

En effet, Apple a repris son système de messages prédéfinis déjà présent pour les Messages, vous apportant ainsi les mêmes possibilités pour répondre aux e-mails. Appuyez fermement sur un mail, puis sélectionnez Répondre pour accéder à une liste de réponses rapides. Vous pouvez également envoyer un emoji ou, si vous avez le temps d’envoyer une vraie réponse, dicter un mail à Siri.

Etant donné que les réponses prédéfinies sont identiques pour les mails et pour les messages, certaines ne sont pas forcément adaptées à un usage purement « mail ». Mais tout va bien puisqu’on peut en personnaliser quelques-unes en fonction de nos besoins. Vous envoyez plus de mails que de messages ? Personnalisez vos réponses rapides en conséquence.

Alors évidemment, il ne faut pas oublier que nous sommes sur un tout petit appareil, et que cette gestion des mails n’a pas été conçue pour lire des romans. L’ensemble est donc pratique pour visualiser globalement vos mails, faire un tri, et répondre rapidement aux e-mails urgents. Pour le reste, votre iPhone sera bien plus pratique.

Tu veux être mon ami ?

L’application Amis était plutôt pas mal, quoi qu’un peu frustrante, dans la version précédente. On pouvait ajouter jusqu’à douze amis que l’on pouvait alors contacter de différentes manières en appuyant simplement sur le bouton Side. On pouvait même leur envoyer de jolis dessins !

Oui, mais douze amis, c’était un peu… peu. Et si vous aviez envie de faire un dessin plein de couleurs, tant pis pour vous. Mais heureusement, avec WatchOS 2 les choses vont mieux.

Vous pouvez maintenant créer des groupes d’amis – toujours limités à douze contacts par groupe. Mais au moins, vous pouvez ajouter plus que douze personnes maintenant. Vous pourrez alors répartir vos contacts en groupe – amis, familles, collègues – et ainsi y voir un peu plus clair. Mais il vous sera impossible de diviser un groupe en sous-groupe, même si cela pourrait s’avérer bien pratique.

Ajouter un contact est un jeu d’enfant ! Appuyez simplement sur le gros + au milieu pour ajouter un ami sur le prochain emplacement libre, ou choisissez vous-même l’emplacement. Et puisque rien n’est définitif, vous pouvez à tout moment glisser le contact vers un autre emplacement, ou le supprimer tout simplement. Il ne vous reste plus qu’à donner un nom à ce groupe, et le tour est joué.

Tout cela se passe sur l’iPhone, mais vous pouvez maintenant faire la même chose directement sur la montre en suivant exactement les mêmes étapes. On ne pourra pas ajouter un même contact dans plusieurs groupes différents. De la même manière, la réorganisation et la suppression des contacts ne seront pas réalisables depuis la montre. Mais pour la partie « ajout », vous pouvez tout faire !

Revenons un peu sur les dessins. Fini la couleur unique, vos œuvres d’art seront maintenant multicolores. Commencez un dessin, changez de couleur, et continuez. Aussi simple que ça ! Il faut quand même rester vigilant car il arrive parfois qu’un dessin parte avant que vous ne l’ayez terminé – ce qui peut être embarrassant. Espérons qu’Apple corrige ce petit souci prochainement.

Wallet et Apple Pay

Apple Pay sur Apple Watch

Avec Wallet, vous aurez à la fois vos cartes de fidélité et vos cartes de crédit accrochées à votre poignet. Plus besoin de fouiller votre portefeuille à la recherche de la bonne carte, vous les verrez toutes sur le petit écran de la montre. Apple Pay, quant à lui, devient compatible avec toujours plus de banques. Tout ce qui reste à faire, c’est à rendre ce système fonctionnel dans plus de pays.

Les passes Wallet peuvent également être générés et ajoutés directement aux applications de la montre. Dans ce cas, ils seront transférés vers le téléphone, et plus l’inverse. Encore un petit pas de plus vers une solution toujours plus pratique !

Plans et itinéraires

Alors que la gestion des itinéraires revient sur iOS cette année, elle fait ses grands débuts sur l’Apple Watch. Comme son pendant pour iPhone, l’application Plan gère maintenant les stations de bus et de métro, les gares et les ferrys. Vous pouvez également débuter un itinéraire sur votre iPhone et suivre votre trajet sur la montre ou, en utilisant Siri, commencer directement sur votre Apple Watch.

Pratique pour suivre un itinéraire, la montre l’est cependant moins quand il s’agit de comparer les routes. Cela est surtout dû à la petite taille de l’écran. Donc si vous voulez comparer plusieurs itinéraires ou préparer un voyage pour plus tard, faites-le sur votre téléphone.

Puisque les arrêts de bus/métro et les gares sont prises en compte dans les itinéraires, l’application Plan vous indiquera simplement quand il faudra changer de cap. Mieux encore : les entrées et les sorties de chaque stations ont été soigneusement répertoriées. Si vous devez entrer dans une station, l’itinéraire vous conduira devant l’entrée, pas devant la sortie.

Mais là où le bât blesse, c’est que cette gestion précise est performante n’est disponible que dans peu de villes en Europe et en Amérique. Mais à l’inverse, si vous voyagez en Chine, vous ne risquez pas de vous perdre : c’est dans ce pays que le système est le plus développé. Petite liste des villes que vous pourrez explorer en large et en travers :

  • Baltimore
  • Chicago
  • New York
  • Philadelphie
  • San Francisco
  • Washington
  • Toronto
  • Mexico
  • Londres
  • Berlin
  • Pékin
  • Shanghai
  • Guangzhou
  • Shenzen
  • et environ 300 autres villes en Chine

Je n’ai pas vraiment pu tester ce système car, comme vous le voyez, aucune ville française ne figure dans cette liste. Mais j’ai pu en profiter lors d’un week-end londonien. Je ne connaissais évidemment pas les rues aussi bien qu’un londonien – donc je ne savais pas vraiment si la route que j’empruntais était vraiment la plus rapide – mais je dois quand même avouer que les indications étaient très claires et précises. Comme prévu, je ne me suis jamais paumé !

La musique

Une nouvelle application Musique débarque sur la montre, et elle profite du nouveau service de streaming musical Apple Music. Vous pouvez contrôler le lecteur audio depuis votre téléphone et, pour les musiques synchronisées sur la montre, directement sur l’Apple Watch. Et Force Touch est également utilisé judicieusement ici, puisqu’il vous permettra d’accéder à diverses options.

  • L’affichage Now Playing vous laisse gérer vos musiques en passant de l’une à l’autre au gré de vos envies. En appuyant fermement sur l’écran vous aurez accès aux options de lecture : aléatoire, repeté, et les options liées à AirPlay
  • Le mode Lecture Rapide choisira un morceau aléatoirement dans votre bibliothèque ou, si vous êtes abonné à Apple Music, dans la bibliothèque de ce service. Là encore, vous pouvez utiliser Force Touch pour accéder aux options de lecture
  • Le mode Beats 1 est aussi un service de streaming, mais il est ici question de la radio d’Apple
  • Choisissez Ma Musique pour parcourir vos morceaux, classés par artistes ou par albums. Encore une fois, Force Touch vous donnera accès aux options de lecture
  • Enfin, le mode Playlists, comme son nom l’indique, vous permettra d’accéder à toute vos playlists.

Vous pouvez également choisir un mode de lecture depuis votre téléphone, mais les modes Now Playing, Ma Musique et Playlists sont disponibles directement dans l’application Musique de la montre. Et avec Apple Music, vous pouvez choisir d’aimer – ou pas – un morceau, et l’ajouter (ou le supprimer) directement depuis l’écran de lecture. Et c’est franchement bien pratique !

La Lecture Rapide est plutôt intéressante quoique très aléatoire. Tellement aléatoire que j’ai fini par ne plus m’en servir. J’aurai préféré que ce mode fasse d’abord le tri au lieu de choisir une musique dans toute la bibliothèque. Alors oui, cela dépend des goûts. Certains apprécieront, d’autres un peu moins. Mais avec un abonnement à Apple Music, ce mode de lecture devient très intéressant !

Les applications

applications Apple Watch

Auparavant, les applications de la montre étaient installées sur le téléphone. Quand vous utilisiez votre montre, il fallait transmettre l’information au téléphone et c’était lui qui traitait les données. Une fois cela fait, votre iPhone renvoyait les données pour que la montre les affiche. On comprend bien que tous ces allers-retours prennent du temps, et cela constituait l’une des principales limites de WatchOS premier du nom.

Avec WatchOS 2, le système change du tout au tout ! Les interfaces sont directement implémentées dans la montre, tout comme les extensions d’applications. On gagne ainsi en :

  • Vitesse, puisque les processus de base ne nécessitent plus d’aller-retour avec l’iPhone
  • Indépendance, car on peut faire plus de choses sans forcément avoir besoin du téléphone
  • Fonctionnalité, puisque les applications utilisent maintenant directement la montre

Certes les applications en elles-mêmes ne sont pas encore stockées directement sur la montre, mais au final les possibilités sont quand même décuplées.

La montre communique toujours avec le téléphone, mais la connectivité en elle-même a également été améliorée grâce à l’utilisation du framework WatchConnectivity. Le téléphone envoie des données au fur et à mesure, et surtout au moment où vous en avez besoin. Alors évidemment, cela ne se fait pas à la seconde, mais ça prend quand même beaucoup moins de temps qu’auparavant, quand la montre commençait à pomper les données seulement au moment où on l’allumait.

Concrètement, le transfert se fera au moment où les meilleures conditions possibles sont réunies. Et ce système fonctionne dans les deux sens. En plus, la montre est maintenant capable de se connecter à certains services de manière indépendante. Baptisé Tether-less Wi-Fi, ce système permet à la montre de rejoindre un réseau automatiquement une fois qu’elle y a été connectée une fois via l’iPhone. Certes, vous ne pourrez toujours pas naviguer sur le Web – Safari n’est pas dispo, de toute façon – mais vous pourrez toujours recevoir vos messages et vos notifications, par exemple.

Donc si vous êtes dehors, vous pouvez profiter d’un verre dans un café pour relever vos messages et autres alertes. C’est un petit pas de plus vers une totale indépendance de l’Apple Watch, et c’est fort appréciable.

Les performances sont également boostées, et pas seulement parce que les applications se lancent plus vite. Elles peuvent maintenant accéder à l’architecture même de l’Apple Watch ! Ainsi, les applications pourront maintenant utiliser, pêle-mêle :

  • le Sélecteur
  • les vibrations
  • les interfaces
  • le moteur audio
  • les alertes
  • Wallet
  • les données des capteurs et de l’accéléromètre
  • les itinéraires

Le Sélecteur peut être utilisé pour naviguer dans les apps, tout comme on l’utilisait déjà pour naviguer entre les cadrans. On peut s’en servir pour sélectionner un ou plusieurs élément(s) dans une liste (une image, par exemple) et les manipuler facilement.

Les petits moteurs peuvent être utilisés pour produire différentes vibrations. Les possibilités sont assez nombreuses pour permettre une certaine variété, mais restent tout de même limitées pour rester cohérent. Après tout, la cohérence est aussi importante pour l’utilisateur. On retrouvera les types de vibrations suivants :

  • Notification, utilisé pour les alertes et tout ce qui réclame votre attention
  • De bas en haut, pour vous indiquer que quelque chose a dépassé un certain plafond
  • De haut en bas, pour signaler que quelque chose est passé sous une certaine limite
  • Succés, pour tout ce qui est positif (félicitations, par exemple)
  • Echec, pour exprimer un mauvais événement
  • Réessayer, pour exprimer un échec qui peut facilement devenir un succés
  • Départ, quand quelque chose commence – un minuteur, par exemple
  • Arrêt, quand quelque chose se termine – un enregistrement, par exemple
  • Click, quand quelque chose augmente d’un cran

Le microphone offre aux applications tierces la possibilité d’y faire des enregistrements. On peut donc enregistrer, bien-sûr, mais aussi modifier, annuler ou envoyer nos enregistrements. L’utilisation du micro devra être accordée aux applications qui l’utilisent, ce qui est intéressant pour la protection de votre vie privée. Même si on aurait apprécié avoir une application Notes native sur Apple Watch, on peut s’imaginer que de nombreuses applications tierces sauront utiliser le micro à bon escient.

Le lecteur vidéo, quant à lui, propose une interface standard incluant les contrôles usuels. Il supporte l’audio et les vidéos en plein écran, mais il faut tout de même garder en mémoire que l’Apple Watch reste une montre, et que la taille de l’écran ne correspondra pas forcément à tous les besoins.

Pour les applications audio en continue – les radios, par exemple –, il existe un lecteur à part qui préserve un peu mieux la batterie en permettant à ces applications de mettre la lecture en pause et d’afficher les informations dans l’aperçu Now Playing.

Les applications peuvent également envoyer des messages et passer des appels en utilisant les fonctionnalités de Messages et Téléphone. Et quand vous avez terminé, vous revenez directement à l’application d’origine.

Enfin, la montre permet maintenant l’accès aux données de localisation et aux détecteurs de mouvements. La localisation requiert toujours l’approbation de l’utilisateur, mais il vous est maintenant possible d’accorder cette permission directement depuis l’Apple Watch. Que vous validiez cela sur l’un ou l’autre de vos appareils, le réglage sera pris en compte sur les deux.

Le fait d’avoir déplacé toute la logique des applications directement dans l’Apple Watch apporte des améliorations très significatives. Même si pour le moment les développeurs n’ont pas vraiment eu le temps de se familiariser avec les nouvelles possibilités, on peut logiquement s’attendre à voir débarquer de toutes nouvelles applications qui tireront partie de l’architecture de la montre.

Infos en vrac

On vient de faire un long tour d’horizon des nouveautés apportées par ce nouvel OS, mais il y en a encore plein d’autres ! Des petits détails par-ci par-là, dont la plupart viennent simplement parachever des fonctionnalités déjà amorcées dans la v.1.

Siri ajoute quelques cordes à son arc, les moyens de transports se diversifient dans Plan, de nouvelles options voient le jour pour les Notifications et Workout, et la sécurité augmente d’un niveau.

Apple a ajouté de nouveau emojis animés que vous pouvez utiliser en guise de réponse rapide à un message ou un e-mail.. Exprimez votre état d’esprit avec un emoji triste ou joyeux, malade ou endormi, et bien d’autres. Et non, il n’y a pas encore de tacos animés, ni même d’emoji « doigt d’honneur », mais les emojis relatifs aux mains se sont un peu étoffés.

Siri occupe une place encore plus importante maintenant grâce à ses nouvelles commandes. Incluant la possibilité de démarrer rapidement un entraînement d’un type précis et à un moment précis. Il vous montrera également les informations contenues dans les Aperçus, trouvera la définition d’un mot et pourra même calculer un pourboire.

Et mieux encore : vous pourrez contrôler, avec Siri, tous les équipements HomeKit directement depuis votre montre. Pratique, rapide et surtout très efficace ! Les équipements réagissent au quart de tour, que ce soit pour l’activation ou la désactivation des appareils.

Du côté de l’application Activité, vous pouvez maintenant afficher un résumé hebdomadaire à tout moment grâce à Force Touch (depuis l’appli, bien-sûr). Quand vous recevez une alerte de Activité, vos disposez désormais d’une option vous permettant d’empêcher l’app de vous envoyer des notifications pour le reste de la journée. Pratique si vous ne voulez pas être dérangés pendant un long moment.

Toujours en matière de sport, les applications « sportives » pourront demander l’accès aux capteurs de fréquence cardiaque, et disposerons ainsi des mêmes informations que l’application native Workout. Et même si vous ne vous en servez pas directement, les données continueront à s’enregistrer d’elles-mêmes. De quoi donner aux applications tierces le même potentiel que l’appli de la Pomme.

Les anneaux d’activités seront alors disponibles tout le temps – et vous pourrez même en faire un écran par défaut. Cela rend évidemment les sessions d’entraînement encore plus intéressantes, car même sur l’écran verrouillé, vous verrez apparaître les informations qu’il vous faut.

Ce n’est pas la première fois qu’on voit des applications fonctionner sur l’écran verrouiller. Plan et Now Playing avaient déjà leur propre interface « écran verrouillé » sur iPhone. Mais l’idée même qu’une application tierce puisse utiliser cette fonctionnalité supplémentaire est juste fantastique et, bien-sûr, les applis de sports se doivent de s’en servir.

Du nouveau également en ce qui concerne les appels téléphoniques, et notamment les appels audios en Facetime qui font leur entrée parmi les nouvelles fonctionnalités de cet OS. Et qui dit Facetime dit aussi Siri : votre assistant compte, parmi ses nouvelles commandes, la possibilité de passer des appels Facetime pour vous.

Si votre opérateur vous permet d’utiliser les appels en Wi-Fi – c’est en train de se démocratiser –, vous pourrez passer des appels directement depuis la montre et ce, même si votre Watch n’est pas connectée à votre iPhone.

Concernant les notifications, WatchOS 2 vous donne maintenant l’occasion de « répondre » à certaines d’entre-elles sur le même modèle que les réponses toutes faites pour les Messages et les Mails. Cela rend les applications encore plus interactives et termine de transformer la montre en véritable moyen de communication.

L’aperçu des réglages propose maintenant un bouton AirPlay, mais il ne semble pas faire quoi que ce soit en rapport avec AirPlay – curieux. Le mode Now Playing a été totalement intégré au service de streaming Apple Music, donc quand vous écoutez de la musique via ce service, vous retrouverez les contrôles que vous connaissez déjà. Et Siri nous aide encore en ce qui concerne les aperçus, car il pourra vous les montrer en quelques mots, même si vous n’êtes pas sur le cadran Horloge.

Du côté de la sécurité, Apple inaugure son nouveau système d’activation. Plus personne ne pourra utiliser votre montre sans connaître votre identifiant iCloud. Cette sécurité s’active quand vous appariez votre montre à votre téléphone, et à partir de là, elle protège vos données sans même que vous ne vous en rendiez compte. Mais quand vous essayez de la connecter à un nouvel iPhone, la montre se verrouille et vous demande d’entrer votre mot de passe. Si vous êtes le propriétaire de la Watch, tout ira bien. Mais les autres (les voleurs, par exemple) se retrouveront face à un mur.

Apple a étoffé son panel de réglages disponibles depuis la montre – sous WatchOS 2 – et depuis le téléphone – sous iOS 9. Vous pouvez, par exemple, modifier la durée d’activation de l’écran de votre montre : 15 secondes par défaut, ou 70 secondes si vous devez suivre une information plus longtemps sans avoir besoin d’appuyer sur l’écran trop souvent. Vous pouvez également activer le mode Table de Nuit directement sur l’Apple Watch.

Votre iPhone sous iOS 9 a donc vu son application Watch évoluer. Vous disposez maintenant d’un écran dédié au réglage des widgets personnalisés et des notifications. Vous avez désormais la possibilité de refléter les modes Avion et Ne Pas Déranger du téléphone vers la montre.

On regrette qu’il n’y est pas encore de moyen de rechercher les réglages d’un application de la Watch sur le téléphone, même si une fonctionnalité similaire est disponible pour les apps du téléphone. J’imagine que ça viendra dans une future mise à jour. Toujours est-il que les réglages disponibles depuis la montre tendent à s’équilibrer par rapport aux réglages réalisables sur le téléphone.

Le mot de la fin

A la différence d’iOS 9 et d’OS X El Capitan, WatchOS 2 n’est pas une révolution en soi mais il apporte tout de même son lot d’améliorations, tant fonctionnelles qu’en matière de performance. La personnalisation n’aura jamais été aussi poussée, depuis les images jusqu’aux widgets. Le mode Voyage dans le temps – qui complète le cadran Solaire – est une fonctionnalité très pratique qui offre de nombreuses possibilités.

Puisque la logique des applications se trouve maintenant dans la montre, la Watch atteint des sommets de rapidité encore jamais vus. Siri a été dopé, vous pouvez répondre aux e-mails, l’application Amis est moins contraignante… et la liste est encore longue !

Quand on y pense, seulement cinq petits mois séparent cette nouvelle version de la première. C’est très court, et on ne s’attendait pas forcément à voir débarquer une v.2 aussi rapidement. Mais les fonctionnalités proposées ici sont dans la logique d’Apple, désireux de parachever son concept de montre connecté en la rendant encore plus pratique et performante.

Tous les tutoriels sur l’Apple Watch

WatchOS 2, visite guidée
5 pour 2 votes