Ne soyez pas standard ! Personnalisez & protégez votre mobile !

Pegasus le logiciel espion qui a fait trembler la planète Apple

Le 25 août 2016, les utilisateurs d’iPhone étaient invités à mettre à jour d’urgence un cyber vaccin afin d’éviter une infection par Pegasus. La société Lookout a été missionnée pour analyser et surveiller les évolutions du logiciel espion. Selon Gert-Jan Schenk, vice-président Europe Moyen-Orient de Lookout, nous ne sommes pas passés loin d’une contamination mondiale.
Pegasus, est un logiciel espion sophistiqué, indétectable sur mobile qui a été créé par NSO, une société Israélienne. « Il a été spécifiquement mis en action pour espionner des utilisateurs ciblés de Smartphones Apple, d’Android et de Blackberry » expliquait Gert-Jan à un journaliste de France24.

iPhone et iPad
« Le plus de ce logiciel par rapport à ses homologues est bien sa capacité à déjouer le chiffrement des données, rendant les protections habituelles obsolètes. Plus encore, ses développeurs ont profité de trois failles de sécurité sur Apple ».
« Un exploit d’analyse qui démontre les qualités de ses concepteurs car ces failles étaient inconnues et difficilement identifiables, rappelle Jean-Claude Lepoutre, concepteur de sites. Bien qu’elle ait affirmé avoir trouvé la réponse en 10 jours, la firme Apple a pris conscience d’un certain handicap de ses logiciels. Une remise en cause qui aurait pu couter très cher à la marque »
En effet et pour preuve, c’est en 2016 qu’Apple connaitra un ralentissement des ventes et que les utilisateurs ont compris qu’ils n’étaient pas utilisateurs d’un produit infaillible.

Quand Pegasus s’empare de votre iPhone

Screenshot Pegasus

C’est généralement par le biais d’un simple SMS qu’il se télécharge au cœur même du système d’exploitation du téléphone. Il peut voir ce que vous tapez sur le clavier, entendre vos conversations, lire vos téléchargements, copier vos courriels et bien-sûr prendre la main sur vos répertoires.
Une fois installée, c’est une véritable machine de guerre qui sait agir avec une impressionnante intelligence et même capable de s’auto détruire.
« Pegasus est le premier outil indétectable que j’ai rencontré, poursuit Jean-Claude, capable de se jouer des chiffrements d’application et de ponctionner vos fichiers WhatsApp ou Télégram. »
On attendrait bien un accessoire pour iPhone qui puisse le protéger non pas des chocs ou des rayures mais bien du piratage. En attendant, Pixypia vous propose des coques iPhone 7, iPhone 8, iPhone X & XS etc. qui permettent de le protéger et d’augmenter sa durée de vie. C’est déjà ça.

Mais qui est NSO Group Technologies ?

Fondée par Niv Carmi, Omri Lavie et Shalev Hulio, cette société Israélienne de sécurité informatique a été crée en 2010 et compterait plus de 200 employés, rachetée en 2014 par l’américain Francisco Partners. Il s’agit un groupe qui n’a qu’une volonté, transformer le capital des entreprises technologiques.
En clair, faire de l’argent.

Le 25 août 2016, le laboratoire Citizen Lab et l’entreprise Lookout – selon wikipédia.org – révèlent que le virus nommé Pegasus était utilisé pour ‘surveiller’ ou ‘alerter’ le militant des droits de l’homme Ahmed Mansoor. Ce lauréat 2015 du prix Martin Ennais serait le premier à avoir constaté, le 10 août 2016, que son iPhone 6, via un SMS était infecté.

L’entreprise – qui pourrait mettre cet outil au service de l’anti-terrorisme – a fait le choix de ne vendre ce logiciel qu’aux entités autorisées, sans plus de précision sur leurs intentions commerciales.

Sans réglementation mondiale sur la détention ou la vente de cyber-arme, il est presque impossible de contrer la NSO, basée sur le sol américain, et qui bat chaque jour un peu plus des records de rentabilité.

Quand la planète programme son autodestruction

Si de grandes firmes parient sur la croissance de ces entreprises d’influence et de contrôle, les états également apportent de l’eau au moulin de l’entreprise NSO Group. Le Mexique a ainsi contribué au développement de programmes par l’injection de 20 millions de dollars en 2012. Le Panama a été un des utilisateurs de ses services.
« Une nébuleuse et une course à l’armement, des armes de surveillance mais aussi de destruction massive ».
Pirater ainsi les données de chacun, s’est exposer le monde sans limite d’évaluation du potentiel catastrophique.
Les paramètres de vol d’une compagnie, les codes d’une centrale électrique, la prise en otage d’une chaine de télévision ou de satellites, ces phénomènes existent. Il serait temps qu’une réglementation stricte et mondiale impose une surveillance et établisse un ordre et des règles de conduite.

Pegasus le logiciel espion qui a fait trembler la planète Apple
4.4 pour 8 votes